bandeau ULaval
Laboratoire de recherche - PERƒEVAL
Accueil > Nouvelle publication – Éthique et nouvelle gestion publique
    Imprimer

Nouvelle publication – Éthique et nouvelle gestion publique

06/23/2011

Steve Jacob, Louis M. Imbeau & Jean-François Bélanger, « La nouvelle gestion publique et l’accroissement des marges de manœuvre. Un terreau propice au développement de l’éthique? », Administration publique du Canada, vol. 54, n° 2, 2011, pp. 189-215.

Résumé :  La discrétion administrative des fonctionnaires est un sujet central dans la littérature en administration publique. Pour certains auteurs, elle est nécessaire et bienfaisante, alors que pour d'autres chercheurs, elle est la source de nombreux abus. Or, les réformes inspirées de la nouvelle gestion publique ayant cours dans de nombreuses administrations publiques promeuvent l'augmentation de la marge de manœuvre des gestionnaires. Parallèlement à ces initiatives de modernisation de l'administration, les scandales ne cessent de rythmer la vie politico-administrative et l'importance accordée aux enjeux éthiques occupe une place de plus en plus importante dans la conduite de l'action publique. C'est dans ce contexte que nous questionnons la relation qui unit l'accroissement du pouvoir discrétionnaire des gestionnaires et le développement d'une infrastructure éthique. Quelles sont les zones à risques? Est-ce que l'éthique permet de surmonter les éventuels abus de pouvoir? Quelle est la perception des gestionnaires quant à leurs marges de manœuvre et la place qu'occupe l'éthique dans leur travail? Comment sont mises en œuvre les exigences éthiques édictées dans divers documents normatifs? Ce sont les principales questions abordées dans cet article qui présente les résultats d'une étude de cas qualitative conduite à l'intérieur d'un ministère québécois en 2008–2009. Nos résultats démontrent que, contrairement à ce que postulent les promoteurs de la NGP, les gestionnaires ont peu, voire aucun pouvoir discrétionnaire en matière de gestion financière. Leurs actions et décisions sont strictement encadrées par des mécanismes de contrôle hiérarchiques ou via un système informatique. Cet état de fait explique en partie que l'appropriation des principes généraux et que la construction d'une infrastructure d'éthique demeurent formelles.

Lire l’article


bouton admin© Laboratoire PerƒEval 2008. Conception et réalisation, Centre de services en TI et en pédagogie (CSTIP).